FAQ   Rechercher   Membres   Groupes
Profil    Se connecter pour vérifier ses messages privés    S’enregistrer    Connexion
Bref, un sens universel qui n’est pas dicté par une croyance ou une idéologie mais imposé par la réalité de la vie

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    VOILA LA QUESTION ! Index du Forum -> VOILA LA QUESTION ! -> ACCEDER AU FORUM "VOILA LA QUESTION !"
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Admin
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 01 Avr 2009
Messages: 125
Localisation: France
Masculin
Point(s): 106
Moyenne de points: 0,85

MessagePosté le: Mer 1 Juil - 17:19 (2009)    Sujet du message: Bref, un sens universel qui n’est pas dicté par une croyance ou une idéologie mais imposé par la réalité de la vie

De NéO - grandnord[at]live.fr

Salut !

Si je vous disais que nous sommes sur terre pour conscientiser notre Identité véritable, originelle et éternelle, je déclencherais sans doute une avalanche de sarcasmes et de railleries. Je ne le dirai donc pas pour m’intéresser uniquement à l’aspect purement social de votre question.

Dans les réponses que j’ai lues dans cette rubrique, j’ai relevé : Il est temps de réunir les hommes et les femmes au-delà des croyances et des idéologies qui divisent et s’opposent (n°2) car nous vivons les uns contre les autres (n°47) ; qu’il est urgent de dépasser le développement pour aller vers l’épanouissement en mettant en réseau les intelligences (n°5) afin de sauvegarder l’intérêt commun (n°27).

Tous ces énoncés me semblent être en parfaite adéquation avec l’aspiration généralisée à une gestion sociale véritablement démocratique et responsable où le peuple (c’est-à-dire l’ensemble des individualités), prend en main son propre destin. Démocratie directe qui exige que chaque citoyen adulte participe activement à la gestion de sa communauté, en commençant à exprimer librement son avis sur tout problème ou projet de société importants.

Bien sûr, selon l’âge, les aptitudes et les aspirations de chacun, les avis et les valeurs diffèrent (cf. n°22 et 43) et doivent donc être hiérarchisés pour garantir et les libertés individuelles et l’intérêt commun.

Car si nous sommes tous d’accord sur le fait que nul ne doit faire de tort ni moral ni physique à tout autre humain (n°16), l’histoire nous démontre que l’on peut se tromper en toute sincérité et par ignorance, gravement nuire sans en avoir conscience. En France, l’actualité a mis en évidence que pour solutionner le problème de la liberté de fumer ou de ne pas fumer dans les lieux publics, il a fallu être mis devant la dure réalité des faits : un nombre impressionnant de non fumeurs malades et 5000 morts prématurées par an, à cause de la «liberté» des autres.

A bien y réfléchir, il en va de même avec les conséquences néfastes de toutes les passions et addictions : alcool, argent, drogues, bruit, sexe, médicaments, TV, jeux de hasard, Internet, etc. Véritables pollutions physiques et psychiques qui ne montrent leur vrai visage que quand le mal est fait. Une planète polluée, à cause d’une industrialisation non maîtrisée, nous apprend qu’il est nécessaire de réfléchir avant d’agir, et que se poser des questions existentielles essentielles n’est pas une affaire de secte (n°22) ou de religion (n°45) et ne mène pas du tout à un échec absolument certain (n°37).

C’est à juste titre que votre correspondant du n°41 attire l’attention sur le fait que cette question surgit quand on devient malheureux, au tournant de la vie, car en effet ce n’est que face aux déboires, à la maladie, à la mort que l’on est prêt à se poser des questions essentielles.

L’homme est ainsi fait : ce n’est que contraint, voire acculé qu’il est prêt à remettre en question ses attirances, habitudes, convictions et certitudes.
    
Tout naturellement l’humanité aspire à un contexte social où règnent la Liberté et la Justice, où chaque citoyen peut évoluer et s’épanouir librement (cf. n°8 et 28) en construisant «son bonheur», selon ses critères, valeurs et intérêts du moment qui bien sûr évoluent avec la maturité qu’apportent l’âge et l’expérience.
   
Toutes les valeurs et références humaines qui donnent du sens à l’existence doivent être respectées et trouver leur juste place sur une échelle de valeurs régies et ordonnées par le sens ou la valeur suprême. Car la question de l’éducation pose le problème des valeurs, des principes moraux qui doivent guider nos comportements (n°45).

Quant au sens «ultime» qui est derrière tous les sens auquel fait référence l’intervenant n°46, il pourrait bien être celui qui nous libère de cette fameuse angoisse existentielle (n°51), cette peur de la mort (n° 53). Un sens universel qui est forcément le même à travers les temps donc indépendant de tout progrès. Ce sens universel nous permettrait non seulement de maîtriser et de canaliser le progrès mais aussi de transcender tout ce qui est conventionnel et que tentent de nous imposer ceux qui dirigent ou manipulent l’époque.

Bref, un sens universel qui n’est pas dicté par une croyance ou une idéologie mais imposé par la réalité de la vie.
   
Pour ceux qui s’intéressent au sort de l’humanité, cette question ouvre un vaste domaine de réflexion et d’investigation, elle demande aussi que l’on aime la vérité au-delà de tout intérêt personnel, corporatiste ou communautariste.
   
J’ai aimé et j’ai pris goût à réfléchir sur les avis et les points de vue que vous publiez dans cette rubrique.
   
Amitiés,

NéO
 



Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Mer 1 Juil - 17:19 (2009)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    VOILA LA QUESTION ! Index du Forum -> VOILA LA QUESTION ! -> ACCEDER AU FORUM "VOILA LA QUESTION !" Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2017 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com